« C’est quoi ton handicap ? »

« – C’est quoi ton handicap ?
– Mon handicap ? C’est toi ! »

Un thread de @Spoonie_Ville  a fait débat hier sur Twitter parmi la communauté malade et handie. Le débat est de savoir si nous devons refuser ou être reconnaissant.e.s des  questions que les autres nous posent sur nos maladies, troubles, symptômes. En fonction de nos expériences différentes, handicaps invisibles ou non, invisibilisation de soi (en raison du handicap visible) ou non, passing comme « valide » ou non, les positions de chacun.e sont différentes.

Ce débat m’a mis profondément mal à l’aise. Pour moi, sur ce sujet, la vraie question à nous poser, c’est : comment parler de ce qui m’arrive de manière à être entendu.e, à me faire comprendre et à obtenir le soutien dont j’ai besoin. Nous sommes beaucoup trop conditionné.e.s à répondre aux attentes validistes ; nous avons besoin d’entraide et d’entrainement. Continuer à lire … « « C’est quoi ton handicap ? » »

Diagnostic

Tu n’es pas ton diagnostic.

Le diagnostic, c’est un raisonnement hypothétique, basé sur des indices : ceux que nous exprimons comme douleurs, comme dysfonctions observées ; et ceux qui résultent des examens, tests et manipulations. Le diagnostic peut être juste, incomplet, partial, faux, trompeur lorsqu’un problème en cache un autre.

Le diagnostic fait référence à un modèle, de la maladie-trouble idéal avec ses variations inexpliquées et subtilités incomprises. La médecine n’est pas du tout une science exacte, et certainement pas une science humaine.

Le diagnostic donne une étiquette au patient. Une étiquette qui localise son problème sur la grande carte des choses que la médecine catégorise, traite et croit comprendre. Une étiquette qui construit une image de soi, à ses propres yeux et aux yeux de son entourage : elle fait peur, pitié, sourire ou soupirer. Continuer à lire … « Diagnostic »